Le savon d'alep

Publié le par jmi

Savon d'Alep

Élaboré depuis la haute Antiquité, le savon d'Alep représente plusieurs milliers d'années de culture et d'histoire. Le mode de fabrication originaire de la ville d'Alep en Syrie a été perpétué. Au fil du temps, et grâce aux croisés qui le rapportèrent en Occident, ce savon s'est répandu à travers le bassin méditerranéen, en passant par l'Italie et l'Espagne, pour atteindre Marseille, dont le savon est l'héritier direct du Savon d'Alep. Plus largement, le savon d'Alep est à l'origine de la totalité des savons durs dans le monde.

Il est élaboré exclusivement avec des matières premières naturelles. L'olive et le laurier sont utilisés pour sa fabrication, ajoutant parfum et, d'après certains, des vertus curatives à ce savon dit « surgras ».

Savon d'Alep

savon d'alep

HISTOIRE

La ville d'Alep est située au nord-ouest de la Syrie. Ce serait l'une des plus vieilles villes au monde à avoir continuellement été habitée depuis sa création. Cet important centre commercial et industriel est connu pour ses souks couverts (peut-être les plus beaux au monde, comprenant de nombreuses boutiques et des mosquées des XVIe et XVIIe siècles), pour sa célèbre citadelle dominant la ville et pour ses savons.

  • Les premiers savons durs ont été élaborés au nord-ouest de l'actuelle Syrie. Ces savons, tels qu'ils existent à Alep, ont vraisemblablement été introduits en Europe par les Croisés. Les premières savonneries en Europe se créent, au XIIe siècle, en Espagne et Italie (Naples, Alicante, Gênes, Bologne, Venise) puis, au milieu du XVe siècle, à Marseille.

Le savon d'Alep est fabriqué, là où il a été créé, selon un procédé artisanal qui demeure à l'identique depuis sa création. Cette tradition séculaire est perpétuée jusqu'à nos jours, génération après génération et de père en fils, par les maîtres savonniers d'Alep.

Composition 

Composition :
• Huile d'olive
• Huile de baies de laurier
• Eau
Soude ou cendre de salicorne.

L'olivier
Depuis le récit de la Genèse qui relate qu'une colombe lâchée depuis l'arche de Noé rapporta une feuille d'olivier, annonçant ainsi la fin du Déluge, cet arbre est considéré comme le symbole de la paix et comme un présent divin. Pour les Athéniens, l'olivier qu'on ne trouva d'abord qu'en Attique, était un don fait par la déesse Athéna à la cité. Depuis l'Antiquité, l'huile d'olive a été une essence des plus utiles pour toutes les populations du pourtour méditerranéen. Elle ne jouait pas seulement un important rôle alimentaire ; on s'en frottait le corps au sortir du bain afin d'assouplir muscles et articulations. On l'employait aussi en médecine contre les troubles hépatiques, les calculs biliaires et les coliques néphrétiques. La feuille d'olivier, qui a la propriété de faire baisser la tension artérielle ainsi que le taux de sucre dans le sang, a été utilisée contre l'hypertension, l'angine de poitrine et le diabète sucré.
Le laurier
Dans l'Antiquité, le laurier noble ou laurier d'Apollon des anciens revêtait un caractère sacré. Pour les Grecs, cet arbre était né de la métamorphose de la nymphe Daphné qui échappa ainsi aux assauts de l'amoureux Apollon. Comme l'olivier, le laurier symbolisait la paix. Le laurier noble constitue un genre parmi les lauracées. La famille des lauracées est composée d'arbres et d'arbrisseaux dont les feuilles sont persistantes, coriaces, simples, sans stipules, alternes et imprégnées, comme les diverses parties de ces plantes, d'huiles essentielles aromatiques. Le laurier noble produit un fruit dont l'odeur rappelle à la fois celle du girofle et de la noix de muscade ; le sassafras officinalis, dont le bois et l'écorce donnent, par distillation, une huile éthérée. L'huile de baies de laurier a une action hyperémiante et antiparasitaire ; elle entre dans la composition de pommades et liniments à appliquer sur furoncles, abcès et inflammations cutanées diverses et à utiliser contre les douleurs rhumatismales et névralgiques. C'est la quantité de cette huile qui confère à ces savons leur valeur et leur efficacité.

Fabrication 

Chaque année, en novembre, quand les huiles d'olive viennent d'être extraites, le même rituel se répète dans les vieux souk d'Alep. L'huile d'olive est cuite, avec l'eau et la soude, très lentement plusieurs jours dans un grand chaudron en pierre, selon le vieux procédé de saponification. En fin de cuisson, quand la pâte est prête, il est ajouté l'huile de baies de laurier afin de l'enrichir et de la parfumer. Au terme de la cuisson la pâte est étalée et découpée manuellement.
La composition originelle du savon d'Alep : huile d'olive et huile de baies de laurier. L'apport de soude végétale est quant à lui nécessaire pour la réaction de saponification, traditionnellement opérée dans des chaudrons en cuivre. Les savons, de couleur verte, sont échafaudés en tours pour une très longue période de maturation au grand air. Le savon sèche, durcit durant 9 mois. En séchant, il prend une couleur brune, seul le cœur reste vert.

Le savon d'Alep ne s'est longtemps présenté que sous la forme d'un pain cubique sur lequel est inscrit le nom du fabricant ainsi que la qualité du savon. À ce savon découpé s'est ajouté un savon moulé de taille plus réduite.
Très respectueux des peaux les plus sensibles, on peut l'utiliser aussi bien pour la toilette du corps et des cheveux, que pour le linge.

Publié dans Le coin du hammam

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article